Evolution du compost de bouse Maria Thun

On s’est dit que ce serait intéressant de suivre l’évolution du CBMT. Je ne vous rappelle pas la recette ici, je ferai ptêt une page dessus plus tard.

On fait mûrir les préparations Bouse de corne et compost de bouse dans une cave humide dans des pots en terre immergés dans de la tourbe.
IMG_4931

Après deux ou trois mois en terre et autant de retournements, le compost est extrait des tonneaux et rentré en cave.

Il sent encore la bouse de vache mais l’odeur est plus végétale, des notes d’humus apparaissent. La texture est pâteuse et collante. On observe de nombreux œufs de vers (petites boules jaune-orangé).IMG_4939IMG_4925 Après deux à trois semaines, les vers sont nés. On observe la présence de deux espèces majoritaires : les vers de fumier ou Eisenia foetidia petits vers rouge tigré qui aime bien la matière en décomposition et Eisenia endreï ( vers de Californie) vers rouge vif qui préfère la matière fraîche. D’autres espèces de vers font partie du cortège. On trouve aussi de nombreux myriapodes et chilopodes (scolopendres).

L’odeur de bouse de vache est très faible et la texture est devenu un peu fibreuse.

Il ne s’agit que d’observations rapides à l’œil nu, l’usage d’un microscope nous montrerait à voir bien davantage.

IMG_3581

 

Parallèlement au développement de la faune, on remarque le développement de champignons.

Après 5 à 6 semaines, le compost a presque totalement changé de couleur, en surface bien sûr mais dans presque toutes les couches inférieures. Les pots n’évoluent pas à la même vitesse. La texture a changé, elle est plus légère, toujours un peu fibreuse mais la matière semble être en partie « digérée »
IMG_5064

Naissance de champignons, filaments mycéliens, germination de graines présentes dans la bouse.

compost-de-bouse

C’est l’étape finale ou plutôt un indice lorsque la surface du pot fait apparaître des graines en germination voire des pousses complètement étiolées en raison de l’obscurité, c’est un signe que le compost a atteint un niveau de stabilité suffisant pour être utilisé au champs.

Après deux mois, le compost est devenu une poudre douce proche du marc de café à moyenne granulométrie. Il sent très bon et la faune a presque totalement disparue. Sa diversité visible est identique à nos observations du début mais la quantité d’individus est très faible.

IMG_4941

Laisser un commentaire