Détour improvisé en Beaujolais !

beaujeu

Quand j’ai parlé de savoir où m’installer avec Cédric et Philippe (Domaine Chaume-Arnaud), chacun y est allé de son désir, de son fantasme ou de ses regrets. La discussion fut passionnante autour de quelques bières de St Feuillien ramenées par Cédric de son dernier salon là-haut et du rosé de la Baronne, production locale qui fut abandonnée, çà rendait les clients aveugles et y a eu des plaintes. Bref, dans tout çà, il y a un nom qui m’est particulièrement resté en mémoire : le Beaujolais. J’ai donc décidé d’aller y faire un tour un petit weekend dès que cela a été possible.

IMG_4290

IMG_4317

L’histoire commence par un bon casse-croûte en arrivant le soir à Villié-Morgon au petit bistrot de la place ; on plaisante pas avec la nourriture ici. Une bouteille de Morgon, Clos des Lys de Chamonard pour accompagner ; très agréable et gourmand à souhait.

 

20131101_194636

Ici, on peut retrouver les vignerons en fin de journée. Tiens le fils Lapierre un peu bourré qui arrive avec ses potes, les vinifs sont terminées et çà se voit. Débarqué en béquilles, Karim Vionnet boit un verre au comptoir tandis qu’il me fait remarquer que la bouteille que je bois est sa préférée de chez Foillard (Corcelette). Je sors fumer une clope et c’est la fille de ce-dernier avec des stagiaires australiens venus voir son frangin qui m’aborde pour échanger quelques mots. J’aime bien çà.

IMG_4309

Avant de partir, j’ai regardé, un peu au hasard chez qui je pourrai bien aller voir ce que c’est le beaujolais, j’avais repéré deux noms plus particulièrement : Christian Ducroux à Régnié et Michel Guignier à Vauxrenard. N’arrivant pas à joindre le premier et ne trouvant pas sa maison (dur de faire sans gps dans le beaujolais quand on connait pas du tout), je me suis pointé à l’improviste à Faudon chez Michel Guignier le samedi matin autour de neuf heures.

On remarque le nombre de parcelles à l'abandon ou arrachées
On remarque le nombre de parcelles à l’abandon ou arrachées

Un accueil formidable par sa femme et une petite dégustation plus tard, j’en suis reparti à la nuit tombée. J’ai passé la journée avec eux, les vinifs venaient de se terminer, le matériel était déjà en train d’être remisé. On a parlé un peu, beaucoup, j’ai donné un petit coup de main, il m’a invité à partager un saucisson au gène, on a bu des canons d’enf
er (Moulin à vent 2006, les grumeaux 04-06, Beaujolais village 2012) , un peu d’alcool de marc, rediscuté, travaillé un peu et franchement, j’aurai bien pu ne pas repartir. Après avoir rencontré le gaillard et bu ses vins, je me suis senti très inspiré mais franchement ignorant.

IMG_4327IMG_4345


Au moment de décoller, Michel m’a invité à revenir faire un tour en décembre pour donner des coups de pioche avec lui tandis que Je lui demandais s’il connaissait Christian Ducroux. T’es con ou quoi qu’il me dit, si je connais Christian, c’est lui qui m’a tout appris. Je reviendrai voir Michel, c’est évident.

 

IMG_4353

Le dimanche, je me suis rendu chez Christian et après un bref passage dans la cour, le chai était entrouvert et j’ai pas osé allé taper à la porte. Ce sera pour une prochaine fois.

descente-ducroux

 Retour de ma ballade par Saint-Joseph et Condrieu.

condrieucondrieu2

 

Laisser un commentaire